A la Une

Pourquoi doit-on continuer à se battre pour préserver le statut de PH et le faire évoluer ?

Elle est heureusement loin, l’époque où nous n’étions rien que promis à rester des sans-droits, corvéables, sans FMC ni droits sociaux élémentaires, éjectables du jour au lendemain, sur la simple exigence d’un chef auquel on avait eu la mauvaise idée de déplaire.
 
Construit en 1984 et, depuis, sans cesse enrichi par de difficiles et vrais combats syndicaux, le Statut de Praticien Hospitalier n’est ni plus ni moins que la marque de la reconnaissance républicaine d’un engagement consenti pour une mission assurément revendiquée : servir le public. Il n’est pas un carcan qu’il faudrait desserrer ou dynamiter. C’est plutôt grâce au statut et aux garanties qu’il leur a progressivement apportées pour construire leur carrière que des générations de PH ont pu améliorer la qualité des soins hospitaliers en se consacrant exclusivement à leur mission(*). Il faut donc se méfier des analyses à l’emporte pièce qui prennent prétexte de difficultés conjoncturelles pour jeter le bébé avec l’eau du bain. Il est notoire que derrière ce dénigrement qui promet des lendemains qui chantent, se profile une conception libérale des rapports au travail. Qu’il faille créer de nouvelles passerelles entre les deux formes d’un exercice hospitalier et libéral est une chose, qu’il faille développer l’esprit d’initiative aussi.
L’hôpital public doit rester un formidable espace de valeurs et de liberté pour le praticien statutaire : celle de servir au mieux le bel outil social qu’il représente.

C’est aussi ça, le Statut de PH.
 
Max-André Doppia - Président d'Avenir Hospitalier
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
(*) « Statuts ou contrats ? Les oripeaux de la modernisation des relations de travail dans la fonction publique. » Nicole Maggi-Germain. Hôpital en réanimation. B. Mas et al. Ed. du croquant. chap. 6. p. 112-116

 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 8 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Octobre 2017

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...