Lettre ouverte aux urgentistes (par Samu et Urgences de France)

Avenir Hospitalier soutient tous les éléments contenus dans la lettre ouverte de SAMU Urgences de France, écrite en réaction aux manœuvres de la FHF (Fédération Hospitalière de France) qui s'oppose par tous moyens y compris juridiques à l'application de la circulaire urgentistes.

Nous ne laisserons pas la FHF monter les médecins hospitaliers les uns contre les autres : cette mesure d'attractivité destinée aux urgentistes puis aux autres spécialités à sujétion comparable doit être appliquée.

C'est pour l'instant la seule mesure d'attractivité en faveur des PH qui est écrite : est ce que nous pouvons, au vu des problèmes démographiques actuels, nous payer le luxe de la rayer?


LETTRE OUVERTE AUX URGENTISTES


Chers amis,

La Fédération Hospitalière de France a annoncé le 25septembre dernier, par communiqué, avoir déposé un recours en Conseil d’Etat, à titre conservatoire, contre la circulaire du 22 décembre 2014 relative à l’organisation du travail dans les structures de médecine d’urgence. La mise en application de cette circulaire est précisée par une instruction du 20 juillet 2015, élaborée par le travail conjoint de nos syndicats (l’AMUF et SUdF), des intersyndicales de médecins hospitaliers et de la FHF qui a participé à ces travaux.
Urgentistes, comment devons nous interpréter cette décision ?
-  comme la volonté d’hégémonie de la FHF sur toutes les décisions concernant l’hôpital public ?
-  comme la volonté de la FHF de stigmatiser les urgentistes ?
-  comme la volonté de la FHF de monter les médecins hospitaliers les uns contre les
autres ?
-  comme la volonté de la FHF de ne pas faire évoluer l’organisation des soins,
l’organisation territoriale de la médecine d’urgence étant un des éléments clef de
cette circulaire ?
-  comme la volonté de la FHF d’essayer de maintenir les médecins hospitaliers sous le
joug d’une administration aveuglée par l’équilibre budgétaire au détriment de la qualité et de la sécurité des soins ?
Les urgentistes, par la voix de leurs syndicats, ont toujours été ouverts au dialogue avec nos partenaires hospitaliers, notamment l'ensemble de la communauté médicale, et n’ont pas jusqu’à ce jour exigé la mise en application immédiate de ces textes réglementaires, comprenant la nécessaire concertation préalable à cette application. Cette volonté de dialogue, d’ouverture et de progrès n’est visiblement pas partagée par tous !
Dans ce contexte, nous invitons chaque urgentiste à interpeller le directeur de son établissement sur sa position vis à vis de la circulaire du 22 décembre 2014 et de l’instruction du 20 juillet 2015. A ce titre, vous trouverez un courrier type sur notre site (www.samu-urgences-de-france.fr/.... ).
Nous vous remercions de faire remonter les réponses des directeurs vers vos représentants régionaux ou sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. afin que nous puissions organiser localement les actions à mettre en œuvre.
Vos représentants interpelleront de la même façon les représentants de la FHF au sein des Comités Régionaux des Urgences, justement mis en place par ces textes réglementaires.

Particulièrement attachés au service public hospitalier, nous demandons le retrait immédiat de ce recours afin de rétablir un peu de sérénité au sein de nos hôpitaux pour faire face aux défis à venir dont celui de la pénibilité et de l’attractivité des carrières hospitalières n’est pas le moindre.

 

Dr Francois BRAUN, Président SUDF

 

 

Temps de travail: Les bons comptes font les bons...

L’arrêté du 8 novembre 2013 impose aux directions de faire respecter au nom de la santé au travail de chacun de nous la directive européenne sur le temps de travail.

Mais vu qu’aucun outil dans les établissements n’existe pour compter ce temps, Avenir Hospitalier a décidé de mettre à la disposition de chacun ce tableur Excel (accompagné de sa notice), qui, avec les informations que vous rentrerez chaque jour, vous permettra de surveiller votre décompte en heures et en demi journées, et de vérifier que vous ne dépassez pas les obligations de service sur chaque quadrimestre.

Pour les médecins dont le temps de travail est compté en demi-journées, il peut être nécessaire de compter aussi son temps en heures, afin de vérifier que le seuil des 48 heures hebdomadaires n’est pas dépassé, ou s’il est dépassé pouvoir exiger soit une refonte de l’organisation mise en place qui impose de dépasser ce seuil, soit si on l’accepte une contractualisation en temps de travail additionnel.

Il s’agit là d’un outil de mesure individuel, qui vous permettra de faire valoir vos droits à ne pas dépasser les obligations, donc à protéger votre santé présente ou à venir.

il est joint à cette NL, mai svous pourrez le retrouver dans la rubrique OUTIL sur le site de Avenir Hospitalier

télécharger le fichier Excel

télécharger la notice d'utilisation

 

La mise à jour pour 2015 est disponible!

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 8 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Octobre 2017

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...