Editorial - Ni sourds, ni aveugles !

Après cette première année du quinquennat Macron, on peut discerner ses objectifs pour la santé en général, l’hôpital et ses praticiens en particulier. Là où le quinquennat Hollande était fait de tergiversations, de stagnation et de verbiage creux, le nouveau gouvernement va visiblement mettre de l’action brutale, de la régression des salaires et des postes, et du mensonge permanent. Alors que l’hôpital n’en peut plus des brimades qu’il a subies tout en devant accueillir de plus en plus de patients que la ville ne veut plus prendre en charge (malgré un ONDAM systématiquement favorisé par rapport à l’Hôpital), nous voyons arriver en même temps la poursuite du gel des salaires pour 5 ans, la hausse de la CSG mal compensée, la diminution drastique du nombre des postes (annoncée discrètement le 8 mai ) et l’hôpital-bashing tous azimuts. Le tout accompagné d’un discours dégoulinant de bienveillance et d’empathie, toujours démenties par les faits.
 

Que nous promet-on, et qu’arrivera-t-il plus probablement ?

 
Les promesses : un système de santé rénové, plus efficace, plus ambulatoire, plus fluide, plus pertinent (après « l’efficience » du quinquennat précédent, celui-ci sera « pertinent »), avec moins d’actes mieux rémunérés.
 
Ce qui arrive : on l’a vu, un essorage jamais vu des services publics, la santé étant la cible prioritaire (les deux quinquennats précédents s’étaient chargés d’attaquer la justice et la police, puis l’Éducation Nationale). Chaque annonce de destruction de la santé est précédée quelques jours avant d’une nouvelle exonération pour les 1 % des plus riches, avec une prédilection pour ceux qui exilent leurs revenus, sans aucun intérêt pour le pays : on a vu la baisse de l’impôt sur les dividendes et les plus-values suivies de la reconduction du blocage des salaires des agents publics, la suppression de l’ISF suivie de la hausse de la CSG, la fin de l’Exit-Tax sur les exilés fiscaux, suivie donc de l’annonce de la suppression de 30 000 postes dans les hôpitaux.
Les Français aiment leur hôpital et risquent-ils de protester ? Qu’à cela ne tienne ! On vous servira sur un plateau télévisé une histoire par semaine de « ratage » de SAMU, de mort anormale aux urgences, d’une personne âgée mal surveillée et, au lieu d’en tirer les bonnes conclusions, on déroulera le discours habituel de celui qui veut tuer son chien et commence par l’accuser d’avoir la rage : on pointe des responsabilités individuelles !
 
Parmi les évolutions qui seront proposées et qu’Avenir Hospitalier se propose d’accompagner au sein de la grande intersyndicale Action Praticiens Hôpital qu’il forme avec la CPH, plusieurs axes stratégiques se dégagent :
- la poursuite de la logique de territoire : actuellement limité au GHT (avec le H d’hôpital), le territoire pourrait s’étendre à l’ensemble du dispositif de santé : les PH pourraient aussi bien exercer à l’hôpital qu’en dispensaire voire à domicile, pour suivre les parcours de soins. Il appartiendrait alors aux équipes hospitalières de s’inscrire avec volontarisme dans cette organisation, sous peine de devenir un garage de la filière de soin sans levier d’action sur la dite organisation.
- la numérisation accélérée : depuis le temps qu’on la promet… Il apparaîtrait enfin un dossier patient, qu’il pourrait porter avec lui, sous forme d’une clé USB ou d’un mot de passe sur un espace de stockage, consultable par qui il choisirait.
- la réforme de la tarification : là encore, le double discours est roi : on nous annonce (comme Hollande en son temps) la fin de la T2A, inefficace, poussant à la sur-prescription d’actes, injuste et obsolète, et on nous annonce la venue de la T2A sur le champs du SSR voire de la psychiatrie, qu’on rebaptise DMA (Dotation Modulée à l’Activité) histoire de ne pas dire qu’on étend la T2A au lieu de la restreindre !
- la réforme des CHU : pour fêter l’ordonnance qui les fonda il y a 60 ans, il est question de décloisonner la recherche et l’enseignement. Par exemple en créant des valences permettant de reconnaître l’investissement des PH envers la recherche et l’enseignement, en relation ou pas avec un CHU. Ce chantier est lancé mais pour l’instant, on peut dire qu’il y a une certaine opacité dans la direction recherchée…
- la réforme des rémunérations : elle découle du reste. En effet, entre les valences hospitalières et les exercices mixtes ou hors les murs, il y aura obligatoirement des évolutions, sur lesquelles AH restera particulièrement vigilant. S’il s’agit d’ajuster un salaire sur l’implication réelle de chaque praticien dans les parcours de santé, au sein d’un statut rendu plus souple et plus attractif pour les PH les plus impliqués, on ne peut qu’applaudir. S’il s’agit au contraire de faire exploser le statut pour ensuite faire la course au moins-disant, et saupoudrer des primes à la tête du client pour favoriser les médecins les plus serviles avec un directeur-distributeur de primes, nous nous y opposerons farouchement.
 
Le Praticien Hospitalier est l’âme de l’hôpital, sa fierté et sa colonne vertébrale. C’est le médecin qui a les plus grandes responsabilités, et le plus haut niveau d’études, il est anormal qu’il ne soit plus en haut de l’arbre décisionnel et de la grille de salaires ! L’hôpital est l’endroit où on choisit de travailler parce qu’on se retrouve dans les valeurs de service public. Qu’on ne vienne pas nous servir le discours anti-fonctionnaire à base de sécurité de l’emploi ! Quel médecin craint vraiment actuellement de se retrouver au chômage alors que 30 % des postes de PH sont vacants ? Que l’intérim prospère tellement qu’un syndicat ose se créer pour lutter contre les hôpitaux qui appliquent la Loi en plafonnant leur rémunération !?
 
Il n’y a aucune raison que nous soyons ainsi méprisés ou rabaissés, il n’y a aucune raison que nous acceptions d’être écartés des décisions concernant les hôpitaux, et la profession est désormais prête à se défendre : que le gouvernement n’aille pas trop loin dans ses attaques au plus essentiel des services publics, ou il s’en mordra les doigts ! Nous accepterons et accompagnerons les réformes, toujours, mais nous refuserons vigoureusement la casse de l’hôpital !
 
Renaud Péquignot (Président d'AH)
 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

       

Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Juin 2019

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

Les parlementaires veulent dissuader les médecins de faire carrière à l’hôpital

 
Les sénateurs ont introduit dans le projet de loi de santé un article, validé en Commission mixte paritaire Assemblée nationale / Sénat, qui impose aux praticiens hospitaliers démissionnaires et aux praticiens hospitaliers à temps partiel une clause leur interdisant d’exercer en secteur libéral s’ils rentrent en concurrence avec leur hôpital, avec des critères larges (rayon maximal de 10 km) dont l’appréciation relève du directeur de l’établissement. Les sanctions financières qui sont prévues en cas de non-respect de cette clause sont dissuasives.
 
Cette mesure est catastrophique pour l’attractivité des carrières médicales hospitalières, déjà largement mise à mal depuis de nombreuses années en raison de l’insuffisance des rémunérations et des conditions de travail qui ne cessent de se détériorer. Quel jeune praticien acceptera de s’engager dans le service public si cela conduit à lui mettre des chaînes et ne plus pouvoir repartir dans le secteur privé à moins de déménager ? Il est incroyable que le caractère dissuasif d’une telle mesure n’ait pas été perçu par les parlementaires et le gouvernement. Pire encore, cette mesure touche également les praticiens hospitaliers à temps partiel alors que jusqu’à présent, aucune disposition en ce sens n’a jamais existé. Tout cela conduira certainement à une vague de départ anticipé avant que les décrets d’application ne soient publiés.
 
Comment de telles dispositions ont pu être introduites dans ce projet de loi alors que le Président de la République et tous nos interlocuteurs au Ministère des solidarités et de la santé n’ont cessé de prôner l’exercice mixte public – privé ? Cette clause de non-concurrence, laissée à l’appréciation du directeur de l’établissement, rend l’exercice mixte particulièrement risqué voire impossible. Elle ne défend en rien l’hôpital public mais va décourager les praticiens de venir y travailler. Ils préféreront s’installer d’emblée dans le privé ou faire de l’intérim pour éviter de ne plus pouvoir exercer en libéral s’ils prennent un poste de praticien hospitalier titulaire ou contractuel.
 
Action Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins appellent les députés et le gouvernement à revenir à la raison en supprimant cet article délétère lors de la lecture du texte de la Commission mixte paritaire à l’Assemblée Nationale le 10 juillet prochain.
 

 

Action Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins remportent les élections professionnelles médicales hospitalières !

 
 
Les élections professionnelles qui se sont déroulées du 25 juin au 2 juillet 2019 pour les médecins, pharmaciens et odontologistes hospitaliers ont permis à APH & JM de devenir la première force syndicale représentative chez les Praticiens Hospitaliers titulaires ainsi que chez les Praticiens non titulaires. De plus APH & JM font une entrée remarquée chez les Hospitalo-Universitaires en obtenant plus de 30 % des voix et un siège, qui sera occupée par la seule femme du collège HU du Conseil Supérieur des Professions Médicales, ceci pour leur première participation ! 
 
Nous remercions tous les collègues qui nous ont fait confiance en Métropole et Outre-Mer, et ont choisi les éléments forts de notre programme proposant un statut unique de Praticien Hospitalier avec quotité modulable, davantage de démocratie dans les nominations hospitalières, une remédicalisation de la gouvernance, et une meilleure représentation syndicale dans les Hôpitaux. Ces propositions phares sont issues des résultats de notre consultation via le site LeGrandDebatSante.fr, que nous avions promis de porter et que nous défendons depuis le début du cycle de négociations en cours avec le Ministère de la Santé et des Solidarités. 
 
Bien entendu, les négociations statutaires interrompues au prétexte de la période électorale en cours devront reprendre sans délai, pour parler des rémunérations, des conditions d’exercice, et notamment des garanties sur le respect du temps de travail de tous les praticiens hospitaliers.
 
La confiance que vous nous avez témoignée a été bien placée : nous vous le démontrerons encore plus fort, que ça soit au service du collectif, ou des situations individuelles de collègues en difficultés. APH & JM assumeront ces responsabilités avec fierté et détermination.
 
Contacts :
Jacques Trévidic, Président CPH, Président APH
Renaud Péquignot, Président AH, Vice-président APH
Emanuel Loeb, Président Jeunes Médecins
Marc Bétrémieux, Secrétaire général APH
Raphaël Briot, Trésorier APH
Nicole Smolski, Présidente d'honneur APH
 

CRISE DE L'HÔPITAL ? La vidéo de l'interview de F. Pierru, Docteur en sciences politiques

LIRE LA VIDÉO

Alors que plus de 140 services d’urgences sont en grève et que le mouvement déborde des urgences, APH-JM interroge le sociologue Frédéric Pierru sur les causes racines de l’implosion actuelle du service public hospitalier.

Le mouvement des urgences est le symptôme d’une crise plus générale.

On nous dit «vous êtes désorganisés ». Il répond «votre financement est insuffisant pour assurer vos missions » «le modèle de l’hôpital-entreprise a touché le fond ».
Une vidéo-choc pour arrêter la culpabilisation et réfléchir à un autre modèle, réflexion autour du livre « la casse du siècle »*.

 

LA CASSE DU SIÈCLE : EN SAVOIR PLUS

© Avenir Hospitalier - VA Solutions 2012 - Tous droits réservés