Communiqués de presse

Action Praticiens Hôpital apporte son soutien au rapport Mesnier

Communiqué APH du 27 Mai 2018

Avenir Hospitalier et la Confédération des Praticiens des Hôpitaux, réunis au sein d’Action Praticiens Hôpital, tient à saluer le courageux rapport du député Thomas Mesnier sur l’accès aux soins non programmés.

Si la majorité des consultations de soins non programmés est assurée par les médecins généralistes, nous ne pouvons ignorer que beaucoup de nos concitoyens se dirigent vers les services d’urgence ne trouvant pas de réponse en dehors de l’hôpital.

Or notre système hospitalier n’est ni prévu ni organisé pour continuer à assurer des missions dévolues à la médecine générale de proximité. Chacun doit assurer ses missions pour répondre le plus efficacement aux besoins de la population et l’augmentation de l’enveloppe dédiée à la médecine générale au sein de l’ONDAM répond à cette obligation.

Action Praticiens Hôpital apporte son soutien à un rapport qui part des besoins de la population et qui, sans dogme ni parti pris, propose des solutions simples et innovantes reposant sur l’organisation territoriale en totale cohérence avec la stratégie nationale de santé 2018-2022. Développer les plateformes de régulation médicale, qui regroupent déjà urgentistes et généralistes, et les rendre accessibles par un numéro unique santé est l’une de ces solutions. Elle témoigne de la volonté d’ouvrir l’hôpital sur la ville mais aussi d’ouvrir la ville sur l’hôpital pour une meilleure organisation des parcours de soins.

Refuser cette responsabilité partagée nous mènerait dans le mur, au détriment de tous les patients.

 

 Lire le rapport Mesnier

Site web : http://aph-france.fr
Contacts :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Président CPH, Président APH 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Président AH, Vice-président APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Secrétaire général APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Trésorier APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Présidente d'honneur APH 

 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 11 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Octobre 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...