Communiqués de presse

Des mots aux actes, les promesses d’une vraie démocratie hospitalière publique

Communiqué de Presse d’Action Praticiens Hôpital du 17 mai 2017

Réunis au sein d’Action Praticiens Hôpital, Avenir Hospitalier et la Confédération des Praticiens des Hôpitaux félicitent Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé pour sa nomination au moment où le monde de la santé a plus que jamais besoin de signes de reconnaissance de la part des pouvoirs publics.

Action Praticiens Hôpital rappelle notre attachement commun à l’hôpital public, outil sanitaire autant que social au service de tous nos concitoyens, et dont est issue la nouvelle ministre.

Nos deux intersyndicales sont porteuses d'attentes légitimes des praticiens hospitaliers, à l’instar de celles de l’ensemble des soignants, déçus des années passées qui n’ont pas permis les réformes à la hauteur des besoins. Il en va de l’intérêt général des professionnels comme de celui des patients et de l’institution hospitalière publique.

Nos organisations syndicales entendent que leur rôle de médiateurs sociaux, indispensables à la démocratie sanitaire, soit pleinement reconnu. Les Praticiens Hospitaliers attendent des actes concrets, à commencer par la parution des décrets d’application relatifs au Conseil supérieur des professions médicales hospitalières (CSPMH) et aux moyens attribués aux syndicats afin de légitimer la représentativité syndicale des médecins, pharmaciens et odontologistes des hôpitaux et de permettre un vrai dialogue social à l’hôpital public.

Dès aujourd’hui, nous demandons rendez-vous à notre nouvelle ministre pour lui exposer notre vision de l’hôpital, de sa réorganisation et son financement et pour refonder son attractivité et sa performance au service des usagers.

Les chantiers de la santé sont énormes : attractivité, coopérations territoriales, accès aux soins, télémédecine, santé au travail, financement, démocratie hospitalière avec les Commissions régionales paritaires (CRP) qu’il faut rapidement mettre au travail. Avenir Hospitalier et la Confédération des Praticiens des Hôpitaux appellent plus que jamais, les praticiens hospitaliers à se rassembler pour renforcer leur représentation syndicale dans le cadre d’instances de dialogue social rénovées.

 

Pour ACTION PRATICIENS HOPITAL
Nicole Smolski, Président APH, Jacques Trévidic, Président CPH, Vice-Présdent APH, Max-André Doppia, Président AH, Vice-Président APH, Marc Bétrémieux, Secrétaire général APH

 

 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH7 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

Les annonces de recrutement

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...