A la Une

Compensation de l’augmentation de la CSG : le gouvernement peut mieux faire !

Avenir Hospitalier, au sein d’Action Praticiens Hôpital a pris connaissance que, conformément à ce que nous demandions depuis l’été, les praticiens hospitaliers ne sont pas oubliés dans le texte de compensation de l’augmentation de la CSG.

 
En effet, les personnels médicaux hospitaliers, qui ne font pas partie des salariés du privé, ni des fonctionnaires, risquaient fort d’être oubliés. De fait, nous n’étions invités à aucune réunion et risquions de ne pas voir cette baisse de salaire compensée. Nous en avions entretenu la Ministre de la Santé le 15 septembre 2017 et avons régulièrement interpellé le Ministère de la santé, le Ministère des finances et la DGOS à ce sujet.
 
Nous avons été entendus, puisque le Décret n° 2017-1889 du 30 décembre 2017 pris en application de l'article 113 de la loi n° 2017-1837 du 30 décembre 2017 de finances pour 2018 et instituant une indemnité compensatrice de la hausse de la contribution sociale généralisée dans la fonction publique publié au JO du 31 décembre 2017 s'applique aux praticiens hospitaliers. « En application de l'article 113 de la loi n° 2017-1837 du 30 décembre 2017 susvisée, une indemnité compensatrice est attribuée aux agents publics civils et militaires dans les conditions et selon les modalités fixées par le présent décret ».
 
Les agents publics, dont les personnels médicaux, pharmaceutiques et odontologiques hospitaliers font partie, vont bénéficier d'une indemnité mensuelle qui devrait couvrir la différence entre l'augmentation de la CSG et la suppression des cotisations d'assurance maladie et la cotisation « exceptionnelle » de solidarité. Cette différence sera donc effectivement compensée.
 
En revanche, les rémunérations issues des activités d'intérêt général et de l'activité libérale en sont exclues ce qui n’est pas acceptable, car cela va de fait conduire à une baisse des rémunérations des praticiens concernés. On ne voit pas pourquoi alors que les médecins libéraux devraient eux-mêmes bénéficier d’un mécanisme de compensation.
 
Nous sommes évidemment loin des engagements du Président de la République qui voulait, par une surcompensation, augmenter le pouvoir d’achat de tous les salariés. Et comme nous ne bénéficierons pas de la suppression de la taxe d’habitation, nous ne serons pas dans les bénéficiaires de cette mesure. Nos interventions répétées auprès des pouvoirs publics ont permis cependant d’éviter une baisse de notre rémunération hospitalière.
 
Avenir Hospitalier, au sein d’Action Praticiens Hôpital invite tous les médecins, pharmaciens et dentistes des hôpitaux à vérifier attentivement leur prochain bulletin de salaire et à nous signaler les éventuelles difficultés rencontrées.
 
Nous allons d’ores et déjà demander que l’ensemble des revenus des praticiens puisse bénéficier de cette compensation car il n’y a aucune raison que certains en soient exclus.
 
 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 11 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Octobre 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...