A la Une

Grandeur et servitude de l’autonomie professionnelle

Toutes les professions disposent d’un degré variable d’autonomie, enfin, presque toutes… Le degré d’autonomie dépend de la qualification, du type de métier, du contexte de son exercice, de la position hiérarchique, et de celle que chacun s’attribue.
 
« Il n’y pas que des raisons de penser a priori que l’autonomie professionnelle est un bien en soi. Mais les réformes managériales du Nouveau Management Public (NMP) semblent d’ores et déjà être suivies d’effets significatifs sur l’autonomie dans le travail professionnel ».
 
Les limites légitimes, ou du moins explicables, appliquées à l’autonomie professionnelle peuvent être son mauvais usage par manque de rigueur ou intérêt personnel, la recherche de la qualité et de la sécurité des soins, une relation médecins/malades éclairée, la maîtrise des coûts de la santé, la crainte de la judiciarisation.
En revanche, sont pour le moins ressenties comme illégitimes, les limites à l’autonomie comme le souci de productivité, la recherche du profit, l’exigence de rapidité, une bureaucratie omniprésente, l’autoritarisme de la hiérarchie, voire l’abus de gouvernance, et même le conflit d’intérêt.
 
Il existe une spécificité des professions à activité prudentielle comme la médecine. « Ces professions, dont la médecine est emblématique, traitent de problèmes à la fois singuliers et complexes, dans des situations de forte incertitude. C’est cette adaptation à la singularité des cas que l’on appelle la prudence. Les médecins, ne peuvent toujours espérer produire un résultat idéal : par exemple soigner un malade au moindre coût, sans que le traitement ne gêne sa vie quotidienne ni n’engendre d’effets indésirables. La délibération sur les fins de l’action est aussi une composante essentielle de ces activités, les professionnels devant être capables de hiérarchiser les objectifs de leurs actions avec discernement. »
 
On peut trouver des exemples de situation expliquant la variabilité des pratiques : patient refusant LE bon traitement, insuffisance de moyens matériels ou humains à un moment donné, fruits de l’expérience contredisant les RPP (Recommandations de bonne Pratique Professionnelle), contexte social, contexte psychique, poly-pathologies, antécédents, etc.
 
« Dire que la pratique est prudentielle, c’est dire qu’elle ne peut pas être totalement normalisée, puisqu’elle doit toujours s’adapter à la singularité des cas. Elle suppose une écoute, une attention, qui explique que l’exercice du jugement médical ne puisse s’apprendre que sur le tas ». 
 
L’autonomie en médecine n’est pas une valeur en soi, mais doit faire l’objet d’une réflexion approfondie et bilatérale pour en définir les limites légitimes afin de préserver l’espace de liberté indispensable à la pratique médicale dans le service public.
 
Richard Torrielli
Les citations entre guillemets sont de Florent Champy in « L’Hôpital en Réanimation », Editions du Croquant, 2011
 

 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 9 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Février 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...