A la Une

Interview

« Il faut créer un meilleur esprit collectif au sein des établissements hospitaliers » 

 Elle est devenue secrétaire générale du SYNCASS-CFDT en 2016. Anne Meunier a assuré les fonctions de directrice adjointe en charge des finances, des services économiques et logistiques, des ressources humaines, des systèmes d'information et de l'organisation, successivement dans plusieurs hôpitaux. Sa vision de l’hôpital, son engagement, la souffrance au travail, le combat syndical autant de sujets qu’elle a accepté d’aborder avec nous.

Actu’APH : À quoi attribuez-vous le succès éclatant de votre syndicat aux dernières élections professionnelles ?

Anne Meunier : Lorsque j’ai été élue, la presse a réagit en personnalisant sur moi alors qu’au SYNCASS-CFDT, le travail d’équipe est notre principal atout ! Certains titres faisaient référence à mon « emprise » sur le syndicat, bizarrement mes concurrents masculins n’ont pas été testés de la même manière (rires). Nous avons été toujours été constants dans nos positions et dans nos analyses, nous n’agissons pas comme des « girouettes » en fonction du pouvoir en place. Je crois d’ailleurs que c’est l’ADN de la CFDT. Il me semble que nous devons notre progression au travail effectué auprès des collègues, à la qualité de l’information que nous leur fournissons et à notre proximité avec eux. D’autre part, nos droits syndicaux nous permettent d’avoir certains moyens. Pour finir, je dirais que notre équipe jeune, dynamique, égalitaire, est à l’origine de nos succès. Nous avons des candidats visibles, reconnus par la profession et appréciés et des collègues qui ont besoin de se sentir soutenus, surtout en ce moment. 

Actu’APH : La souffrance au travail des personnels de direction est-elle « comparable » à celle des soignants et des médecins qui sont au contact direct des malades ? 

Anne Meunier : Il n’y a pas de hiérarchisation de la souffrance, nous sommes d’abord des personnes et pas des fonctions. Je ne crois pas que les soignants souffrent plus parce qu’ils sont au plus près des patients. Je me refuse à faire une hiérarchie quand la souffrance est occasionnée par leur travail et plus particulièrement dans un hôpital. Ce qui fait souffrir, c’est les conditions dans lesquelles on travaille. Les choix de politiques publiques ne sont pas ceux des directeurs. Aujourd’hui, ils sont nombreux à ne plus parvenir à résoudre les équations. Les tarifs incroyables des médecins entraînent le mercenariat et l’intérim, les directeurs maintiennent des structures en place mais ils n’ont pas de baguette magique. Il y a aussi des directeurs qui se suicident, nous le savons ! Malheureusement, ça n’intéresse personne… La souffrance au travail est une réalité à traiter de la même manière pour l’ensemble des professionnels à l’hôpital. 

Actu’APH : Percevez-vous d'autres variables d'ajustement que la masse salariale pour juguler le déficit des hôpitaux ? 

Anne Meunier : On pourrait demander à un directeur de recruter les personnels dont l’hôpital a besoin et s’enfoncer ainsi dans le déficit mais il ne peut pas le faire, nous n’avons pas le droit ! Ce n’est pas à nous de décider. Quand on regarde le niveau des salaire des soignants en général en France, un seul constat s’impose : nous ne sommes pas « bons ». On entend toujours que ça coûte de l’argent mais à force de ne pas être attractifs en termes de salaire, de mixité des parcours etc. on ne s’en sortira pas ! D’autre part, cette course à la productivité est antinomique avec le choix de carrière des médecins. La planification a été remplacée par la régulation et les ARS ont beaucoup de mal à jouer leur rôle aujourd’hui. Nous voulons la santé maintenant ! Il faut donc gérer la transition et avoir des moyens. Notre outil de travail est appauvri. L’investissement hospitalier a chuté de manière vertigineuse. 

Actu’APH : Comment, à votre avis, se sortir de cette spirale mortifère pour l'hôpital: faire toujours plus avec toujours moins ?

Anne Meunier : Je crois d’abord que la transition ne doit pas être sacrifiée ! 2022 c’est la fin du quinquennat… Je suis perplexe sur l’échéancier politique car il est rythmé en fonction des issues électorales alors qu’il devrait être rythmé par les besoins de la population. Les comptes sociaux se rétablissent et ils ont donc décidé de ne plus rembourser les exonérations de charges sociales c’est quand même gravissime ! Les 0,5 % d’augmentation tarifaire desserrent l’étau, oui il faut le reconnaître, mais ils ne couvrent pas les dépenses, ce n’est toujours pas suffisant donc il va encore falloir faire des choix en interne.

Actu’APH : Pensez-vous qu’il soit possible d’organiser des actions communes avec les syndicats de médecins hospitaliers ? Si oui lesquelles ?

Anne Meunier : La charte de l’éthique et de la responsabilité que nous avons rédigée peut très bien s’appliquer aux médecins et tout le monde. Je pense que c’est une démarche à soutenir communément.

À propos de la plateforme d’appel, je me tiens à disposition pour mettre en place ce dispositif de signalement des situations à risques avec des cliniciens et des médecins du travail au bout de la chaîne. Dans le cadre du dispositif, le CNG étant notre maison-mère nous pouvons capitaliser nos forces. Dans la communauté hospitalière, nous poursuivons les mêmes objectifs : il y a des actions à mener en commun, nous avons des points de convergence importants notamment sur la question de l’évolution du syndicalisme dans nos professions. Les effets de l’avant-projet de loi de la fonction publique ne sont pas pour tout de suite, mais c’est une opportunité pour faire valoir le droit syndical des médecins dans les établissements. Pour apporter des réponses au problème actuel du fonctionnement hospitalier, il faut créer un meilleur esprit collectif au sein des établissements. Les médecins doivent avoir les mêmes droits syndicaux, ce n’est pas une catégorie à part. Pour nous à la CFDT, travailler ensemble sur ces projets-là est toujours passionnant et utile.

Propos recueillis par Saveria Sargentini

 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

       

Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
M
ars 2019

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

Réintégration des PH experts judiciaires au sein des collaborateurs occasionnels du service public

Communiqué Action Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins du 3 Mai 2019

Actions Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins se félicitent de la publication au Journal Officiel du 2 mai 2019 du décret qui réintègre les experts psychiatres dans la catégorie des collaborateurs occasionnels du service public (COSP).

Cette publication est le résultat de la mobilisation conjointe des associations et compagnies d’experts et des syndicats de praticiens hospitaliers, en particulier Actions Praticiens Hôpital, Jeunes Médecins et le Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux (SPH). La saisine par certains d’entre nous du Conseil d’État et la procédure juridictionnelle lancée par cette dernière a contribué à accélérer l’élaboration et la publication du décret. A deux reprises en décembre 2015 par le biais d’un décret puis en octobre 2018 par le truchement d’un amendement déposé en catimini au projet de loi de financement de la sécurité sociale, la Chancellerie a tenté de faire passer des dispositions réglementaires et législatives visant à nous exclure des COSP.

Nous devons donc rester vigilants car le Ministère de la Justice ne semble pas avoir renoncé à son projet d’imposer un statut libéral à l’ensemble des experts. Sous prétexte de permettre l’accès des médecins experts à un « statut libéral simplifié » du type du « microsocial », la Chancellerie voudrait de nouveau imposer un « statut unique » qui la dispenserait de verser les charges sociales.

APH et JM poursuivent avec le SPH le combat pour la défense de l’expertise médicale et psychiatrique et pour une meilleure rémunération des missions confiées aux experts notamment une revalorisation des dépositions aux Assises, la modification des critères et l’accès aux « expertises hors normes » de l’ensemble des experts indépendamment de leur statut.

Contact

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Président CPH, Président APH 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Président AH, Vice-président APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Secrétaire général APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Trésorier APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Présidente d'honneur APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Présidente SNPHARE
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Vice-présidente Syngof
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Président Jeunes Médecins

Suite à l’enquête " équilibres vie privée - vie professionnelle à l’hôpital public ", des mesures urgentes s’imposent pour améliorer la vie professionnelle à l'hôpital : Mme Buzin et Mme Courrèges, écoutez les praticiens !

 

Action Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins ont lancé une enquête courant février, sur les équilibres vie privée vie professionnelle pour les médecins hospitaliers.
Nous vous avons tenu au courant des résultats par newsletter (http://www.avenir-hospitalier.fr/images/Resume_Enquete_APH-JM_Vie_Privee_Vie_Professionnelle.pdf) et cette enquête a été très bien relayée par la presse. Les constats sont lourds, pour les hommes et pour les femmes, et peuvent en partie expliquer le désenchantement face aux carrières hospitalières.
 
Nous avons identifié des pistes de travail pour vaincre ces difficultés. Elles doivent impérativement être travaillées avec les pouvoirs publics.
 
Nous avons dans ce sens demandé un rendez vous urgent avec la Ministre, qui n’a pas daigné nous répondre (il est sans doute plus urgent de précariser nos statuts  !!! ( https://aph-france.fr/Statut-de-praticien-hospitalier-oui-a-la-refondation-non-a-la-precarisation.html ).
Nous avons également envoyé un courrier à la Directrice de la DGOS, que nous vous mettons en pièce jointe à titre d’information. Ce courrier contient toutes les pistes de travail que nous avons fait émerger de vos réponses à cette enquête. Ce courrier n’a pas non plus reçu de réponse depuis le 19 mars ! Là aussi, on voit bien où sont les priorités!
 
Il s’agit d’un mépris caractérisé, que nous ne pouvons accepter : pour la première fois, la parole des praticiens à l’hôpital s’est ouverte sur les sensations de discriminations, sur les renoncements, sur le plafond de verre, sur les difficultés à trouver un équilibre de vie, sur les non applications de la réglementation. Cette parole, nous la porterons grâce à vous, et cette absence de réponse ne va pas pouvoir durer.
 
 
Contacts :
Dr Nicole Smolski Présidente d’honneur APH 
Dr Marie-Josée Cortes Membre CA CPH et APH 
Dr Lamia Kerdjana Jeunes Médecins 
Dr Pascale Le Pors, Membre CA AH et APH
Dr Jacques Trévidic Président APH et CPH
Dr Renaud Péquignot Président Avenir Hospitalier 
Dr Emanuel Loeb Président Jeunes Médecins
 

 

© Avenir Hospitalier - VA Solutions 2012 - Tous droits réservés