A la Une

Parole à la nouvelle génération

 
Hichem Assami
 
Eux aussi font partie des « jeunes », de la nouvelle génération et ils sont eux aussi dans les rangs d’APH ! Le SJBM (Syndicat des Jeunes Biologistes médicaux) représenté par son vice-président Hichem Assami a accepté de faire le point avec la rédaction d’Actu APH sur leurs positions, l’actualité syndicale et leurs aspirations pour le futur.
 
Actu’APH : Quelle est la limite d’âge pour adhérer au SJBM ?
 
Hichem Assami : Il n’y en a pas ! Tous ceux qui partagent notre vision d’une biologie médicale éthique peuvent adhérer au SJBM. 
 
Actu’APH : Quels moyens pensez-vous donner à l’action commune avec APH pour faire aboutir nos revendications ? 
 
Hichem Assami : Je dirais notre dynamisme avant tout ! Le SJBM est un syndicat actif et réactif, nous pensons qu’en nous unissant à Action Praticiens Hôpital nous pourrons apporter notre pierre à l’édifice de façon plus concrète. 
 
Actu’APH : Justement, en quoi le SJBM partage un grand nombre de valeurs et d’orientations syndicales défendues par APH ? 
 
Hichem Assami : Le SJBM a d’abord rejoint Avenir Hospitalier car nous partageons des valeurs communes mais aussi car les revendications de l’intersyndicale et des structures la composant sont fortes et en phase avec notre époque. Par ailleurs, le choix de l’intersyndicale est fondé sur le partage de l’idée d’union des professionnels de santé, comme le témoigne la fusion de CPH et Avenir Hospitalier au sein d’Action Praticiens Hôpital. 
 
Actu’APH : Un débat actuel concerne la légitimité du Syndicat des médecins remplaçants des hôpitaux à black-lister les établissements qui appliquent la loi limitant leur rémunération. Une plainte est même déposée par la ministre de la santé, suivie par le Conseil de l’Ordre. Quelle est votre position ?
 
Hichem Assami : Nous ne cautionnons évidemment pas l’attitude du syndicat des médecins remplaçants, mais d’un autre coté vouloir sanctionner une présidente de syndicat, de la part d’un ministère, nous apparaît comme une décision délibérée de limiter la parole syndicale. 
 

« Les revendications d’APH et des structures la composant sont fortes
et en phase avec notre époque ! »

Actu’APH : Il s’agit d’un problème d’attractivité des carrières hospitalières... Que proposez-vous dans l’immédiat et à terme pour y remédier ?
 
Hichem Assami : APH a déjà émis plusieurs propositions concrètes que nous partageons entièrement. Pour n’en citer que quatre :
- la suppression des 5 premiers échelons de la carrière de PH avec début de carrière à 5000 € brut mensuels et création de deux échelons supplémentaires à la fin de la carrière de PH
-le statut unique de praticien hospitalier titulaire,
-le statut unique de praticien contractuel et
-la clarification de la durée du temps de travail
 
Actu’APH : Dans le programme « Ma Santé 2022 » du gouvernement, quelle part faites-vous entre les points positifs et ceux qui le sont moins ?
 
Hichem Assami : À vrai dire, lors de sa présentation par le Président de la République, je l’avais personnellement trouvé ambitieux, novateur, mais j’ai vite déchanté quelques jours plus tard avec l’annonce des 3,8 milliards d’économies supplémentaires.
Si je résumais ma pensée je dirais que ce programme est formidable sur le papier mais dans les faits ce n’est qu’un programme de plus qui n’aboutira à rien faute de moyens.
 
Propos recueillis par Saveria Sargentini
 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

       

Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
M
ars 2019

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

Réintégration des PH experts judiciaires au sein des collaborateurs occasionnels du service public

Communiqué Action Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins du 3 Mai 2019

Actions Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins se félicitent de la publication au Journal Officiel du 2 mai 2019 du décret qui réintègre les experts psychiatres dans la catégorie des collaborateurs occasionnels du service public (COSP).

Cette publication est le résultat de la mobilisation conjointe des associations et compagnies d’experts et des syndicats de praticiens hospitaliers, en particulier Actions Praticiens Hôpital, Jeunes Médecins et le Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux (SPH). La saisine par certains d’entre nous du Conseil d’État et la procédure juridictionnelle lancée par cette dernière a contribué à accélérer l’élaboration et la publication du décret. A deux reprises en décembre 2015 par le biais d’un décret puis en octobre 2018 par le truchement d’un amendement déposé en catimini au projet de loi de financement de la sécurité sociale, la Chancellerie a tenté de faire passer des dispositions réglementaires et législatives visant à nous exclure des COSP.

Nous devons donc rester vigilants car le Ministère de la Justice ne semble pas avoir renoncé à son projet d’imposer un statut libéral à l’ensemble des experts. Sous prétexte de permettre l’accès des médecins experts à un « statut libéral simplifié » du type du « microsocial », la Chancellerie voudrait de nouveau imposer un « statut unique » qui la dispenserait de verser les charges sociales.

APH et JM poursuivent avec le SPH le combat pour la défense de l’expertise médicale et psychiatrique et pour une meilleure rémunération des missions confiées aux experts notamment une revalorisation des dépositions aux Assises, la modification des critères et l’accès aux « expertises hors normes » de l’ensemble des experts indépendamment de leur statut.

Contact

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Président CPH, Président APH 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Président AH, Vice-président APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Secrétaire général APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Trésorier APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Présidente d'honneur APH
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Présidente SNPHARE
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Vice-présidente Syngof
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Président Jeunes Médecins

Suite à l’enquête " équilibres vie privée - vie professionnelle à l’hôpital public ", des mesures urgentes s’imposent pour améliorer la vie professionnelle à l'hôpital : Mme Buzin et Mme Courrèges, écoutez les praticiens !

 

Action Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins ont lancé une enquête courant février, sur les équilibres vie privée vie professionnelle pour les médecins hospitaliers.
Nous vous avons tenu au courant des résultats par newsletter (http://www.avenir-hospitalier.fr/images/Resume_Enquete_APH-JM_Vie_Privee_Vie_Professionnelle.pdf) et cette enquête a été très bien relayée par la presse. Les constats sont lourds, pour les hommes et pour les femmes, et peuvent en partie expliquer le désenchantement face aux carrières hospitalières.
 
Nous avons identifié des pistes de travail pour vaincre ces difficultés. Elles doivent impérativement être travaillées avec les pouvoirs publics.
 
Nous avons dans ce sens demandé un rendez vous urgent avec la Ministre, qui n’a pas daigné nous répondre (il est sans doute plus urgent de précariser nos statuts  !!! ( https://aph-france.fr/Statut-de-praticien-hospitalier-oui-a-la-refondation-non-a-la-precarisation.html ).
Nous avons également envoyé un courrier à la Directrice de la DGOS, que nous vous mettons en pièce jointe à titre d’information. Ce courrier contient toutes les pistes de travail que nous avons fait émerger de vos réponses à cette enquête. Ce courrier n’a pas non plus reçu de réponse depuis le 19 mars ! Là aussi, on voit bien où sont les priorités!
 
Il s’agit d’un mépris caractérisé, que nous ne pouvons accepter : pour la première fois, la parole des praticiens à l’hôpital s’est ouverte sur les sensations de discriminations, sur les renoncements, sur le plafond de verre, sur les difficultés à trouver un équilibre de vie, sur les non applications de la réglementation. Cette parole, nous la porterons grâce à vous, et cette absence de réponse ne va pas pouvoir durer.
 
 
Contacts :
Dr Nicole Smolski Présidente d’honneur APH 
Dr Marie-Josée Cortes Membre CA CPH et APH 
Dr Lamia Kerdjana Jeunes Médecins 
Dr Pascale Le Pors, Membre CA AH et APH
Dr Jacques Trévidic Président APH et CPH
Dr Renaud Péquignot Président Avenir Hospitalier 
Dr Emanuel Loeb Président Jeunes Médecins
 

 

© Avenir Hospitalier - VA Solutions 2012 - Tous droits réservés