A la Une

Le mot du président

L’intelligence syndicale…

 
Dans un an, ou peut-être moins, près de 45 000 praticiens hospitaliers et autant d’autres statuts médicaux qui font aussi vivre l’hôpital public, seront appelés à se prononcer pour désigner une nouvelle représentation syndicale pour le Conseil Supérieur des Personnels Médicaux des Hôpitaux (CSPMH). La loi l’exige. Nous plaidons pour un scrutin en conformité avec les règles de la démocratie sociale dans notre pays. Un homme ou une femme = une voix ! Nous l’avons rappelé à Agnès Buzyn, notre ministre de Tutelle, lorsque nous l’avons rencontrée le 15 septembre dernier. Il ne saurait ici y avoir plus longtemps d’exception culturelle médicale hospitalière. 
 
Plutôt qu’être des « Ambassadeurs», nous assumons d’être vos représentants syndicaux, actifs, fiers de porter vos aspirations et de partager avec vous, une certaine idée de l’hôpital public et du respect dû à ceux qui le servent et qui sont trop souvent malmenés..
 
L’hôpital public est une organisation humaine exceptionnelle dans l’engagement collectif qu’elle sous-tend, parfois de manière si peu visible pour les décideurs de son sort. Que survienne une catastrophe naturelle ou terroriste : voici rapidement exprimées, des félicitations publiques ! Mais elles sont tout aussi rapidement oubliées lorsque l'on parle ensuite de reconnaissance… Pourtant, l'hôpital public est un acteur majeur du système de santé. Avec la Justice, la Défense et l’Education, il est l’un des repères phares de notre société. C’est bien dans la nécessaire confrontation de points de vue, a priori, inconciliables, que notre histoire est parvenue à construire ces piliers qui fondent une paix et une sécurité sociales toujours fragiles. 
 
Ainsi, l’irruption de fortes contraintes budgétaires pour la santé dans notre pays nous oblige-t-elle à ne jamais oublier que, dans notre histoire collective, les valeurs portées par notre système social n’ont pu être érigées que par l’engagement continu de ceux qui l’habitent et le servent en se plaçant, avant tout, du côté de ses bénéficiaires. Cette solidarité dans l’action s’incarne dans la démocratie sociale. Elle accorde aux uns le bénéfice d’une intelligence et d’une solidarité de métier et, aux autres, la confiance de porter les attentes d’une indispensable sécurité « sociétale ». 
 
Il doit en être ainsi du droit syndical, reconnu par le décret statutaire des praticiens hospitaliers mais, dans les faits, inexistant… D’une part, parce qu’il ne peut pas en être autrement pour une conception démocratique du travail, mais aussi, sûrement parce que nier « l'intelligence syndicale médicale hospitalière» et ses apports essentiels, reviendrait à laisser les nouveaux managers piloter l’armada hospitalière sans boussole. Savoir reconnaître les signaux faibles ou les fêlures invisibles est la marque d'une pratique syndicale opérante. Nous la revendiquons !
 
Dans ce numéro de Rentrée, nous avons réuni, pour vous, Praticiens Hospitaliers, un ensemble de sujets pour éclairer le présent et préparer le futur. Il en va ainsi de notre rencontre avec notre nouvelle ministre de Tutelle, mais aussi de l’accueil que nous réservons à nos collègues médecins du travail de l’ANMTEPH. Nous avons choisi de les accompagner dans leur quête d’un statut qui leur assure indépendance et droits sociaux équivalents aux nôtres. Comme nous, il soignent à l’intérieur de l’hôpital. En ces temps où la prévention est l'avenir de notre système de santé et de son économie, s'attacher ces praticiens résolument hospitaliers serait un bon signal politique. 
Avec les Big Data, l’architecture hospitalière, les bons usages de l’OSAT-APH avec ses administrateurs bénévoles d’Action Praticiens Hôpital, l’expérience de quelques CRP, les retours d’une campagne électorale et les échanges prometteurs engagés avec l’Union Syndicale des Magistrats*, voici, pour vous, Praticiens Hospitaliers, autant de sujets pour alimenter notre désir commun de rénovation de la démocratie hospitalière.  Ce temps doit venir…
 
Max-André Doppia, Président d’Avenir Hospitalier
 
 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 11 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Octobre 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...