A la Une

AH et CPH côte à côte dans l’environnement intersyndical

D’ores et déjà, beaucoup d’entre vous reçoivent les informations émanant de notre Intersyndicale Avenir Hospitalier. De plus en plus souvent, nous associons nos réflexions à celles de la Confédération des Praticiens des Hôpitaux. Nos réactions s’expriment aussi dans des prises de position communes que nous rendons publiques par des communiqués de Presse et des Newsletters. Comment savoir qui sont ces organisations et ces sensibilités qui s’adressent ainsi à vous ? Comment comprendre l’articulation de ces organisations syndicales entre elles et leur place dans le jeu complexe de la concertation avec les Pouvoirs Publics ? Voici de quoi vous y retrouver au moment où le paysage va changer.

 

En effet, après le premier décret GHT, fixant le cadre et le calendrier de leur mise en place, un second décret GHT-Ressources Humaines est attendu pour l’automne et auquel nous travaillons. Il devra consacrer le droit et le respect d’une expression syndicale responsable, au sein de « l’instance de dialogue social » que nous avons réclamée dans chaque GHT. 
Le terme « d’instance de dialogue social » est pour le moment bien flou. Ses prérogatives, les modalités de sa saisine, devront être précisées, tout comme sa composition qui devra refléter les sensibilités que représentent les organisations syndicales de praticiens hospitaliers. Ce sera cette autre étape que nous franchirons à l’occasion de l’élection du Conseil supérieur des professions médicales hospitalières (CSPM). En effet, cette élection permettra de mesurer la représentativité des organisations syndicales de praticiens hospitaliers et de reconnaître, enfin, la nécessité de leur allouer les moyens matériels et humains qui leur sont nécessaires. 
 

Une intersyndicalité nécessaire

Depuis 2011, cinq intersyndicales de praticiens hospitaliers sont reconnues représentatives et sont aujourd’hui conviées à concerter, discuter ou à négocier au nom des praticiens hospitaliers. Avenir Hospitalier (AH), la Coordination médicale hospitalière (CMH), la Confédération des praticiens des hôpitaux (CPH), l'Intersyndicat national des praticiens hospitaliers (INPH) et le Syndicat national des médecins chirurgiens spécialistes et biologistes des hôpitaux publics (SNAMHP ou SNAM). Lorsqu’elles argumentent leurs revendications, ces cinq organisations représentent l’ensemble des 43 000 praticiens hospitaliers recensés en France en 2015 donc, chacun de vous. Elles pèsent alors leur poids dans le paysage hospitalier et apparaissent incontournables.
 

D’autres organisations interviennent

Dans le champ de la concertation hospitalière, d’autres organisations participent aussi aux discussions sur des textes impactant la place et le statut de leurs mandants dans les hôpitaux ou, ultérieurement, l’organisation de leur exercice en secteur libéral. Il peut s’agir d’organisations de Chefs de Cliniques et Assistants (INSCCA), d’organisations d’Internes comme l’InterSyndicat National des Internes (ISNI) et de l’InterSyndicale Nationale Autonome Représentative des Internes de Médecine Générale (ISNAR-IMG).
 

Pour compléter le tableau…

Des institutions non syndicales se retrouvent régulièrement à la table de discussion. C’est, par exemple, le cas pour la concertation sur les GHT. Ainsi, la Fédération Hospitalière de France (FHF), regroupant des élus, des présidents de CME et des directeurs d’hôpital mais aussi les Conférences (Directeurs généraux de CHU, de CH, présidents de CME, Directeurs des affaires médicales et Doyens pour les CHU, Directeurs Généraux d’ARS) pèsent leur poids dans les échanges qu’elles ont avec les Pouvoirs Publics. 
Leur puissance est réelle, justifiant une unité intersyndicale de PH, pour défendre un point de vue syndical sur le fonctionnement du service public. Notons quand même ici le déséquilibre existant entre les moyens mobilisables par ces organisations (temps, financement des frais de déplacement, accès facilité à des espaces d’échanges, moyens de communication, organisation de réunions plénières régionales ou nationales, etc.) et, en regard, la pauvreté des moyens alloués jusqu’alors aux organisations syndicales de PH pour assurer leur mission 
Ce point doit faire l’objet d’une concertation prochaine. Nous exigeons des moyens pour ceux qui vous représentent.
Le schéma ci-dessous résume la composition des intersyndicales et leur articulation avec les autres organismes et les pouvoirs publics. Nous avons l’obligation de tisser des relations saines, indemnes de sujétion mais au contraire, faites de respect mutuel entre ces différents organismes pour dégager des consensus à chaque fois que possible. Cela n’exclue pas des désaccords. Ils peuvent alors, si nous le jugeons nécessaires, et en cas de blocage, être tranchés par votre mobilisation pour que votre voix soit entendue.
 
 
accéder au gif animé
 
 
 

Avec le soutien du Groupe Pasteur Mutualité

 

----------------------------------------------------------------

Campagne nationale
" Dis Doc', t'as ton doc' ? "  pour faire évoluer le modèle culturel des médecins !

 

Retrouvez toute l'information dans le communiqué de presse (cliquez ici)

www.cfar.org/didoc/ 

 

----------------------------------------------------------------

 
 

  

    La revue AH 9 est en ligne

       Pour lire le sommaire et les articles cliquez ici

Pour télécharger la revue, cliquez ici

----------------------------------------------------------------

     Les annonces de recrutement 
Février 2018

      retrouver ces annonces sur le site reseauprosante.fr

 

Les dernières actus

La souffrance au travail

La souffrance au travail, un phénomène social qui n'épargne pas la Justice

 
Dans son article paru dans la revue de l'Union Syndicale des Magistrats (USM), Pascale Loue-Willaume, chargée de mission, aborde la souffrance au travail dans un contexte général. Puis elle se focailise sur la justice, « Pour nous magistrats, on peut même parler de double paradoxe. Comment concilier notre serment, l’engagement professionnel que nous devons avoir d’impartialité, de loyauté avec des objectifs chiffrés qui ne tiennent généralement aucun compte des moyens et au détriment souvent de la qualité de la motivation de nos décisions »… 

« Et que dire des situations que nous rencontrons dans nos unions régionales : des collègues épuisés, qui ne parviennent plus à prendre leurs congés, qui renoncent à leurs formations obligatoires en raison d’un emploi du temps professionnel qui ne leur laisse aucune marge de manoeuvre quand on ne leur demande pas d’assurer eux-mêmes leur remplacement.»« Comment admettre que nous soyons témoins, voire parfois même victimes, de ce que nous sommes statutairement en charge de poursuivre ou de sanctionner ? »
 
Lire la suite...